Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

Forum

 

 

 

Hommage à Nouh Essifaoui de Chenini, (écrit par Habib Toubib)

 

Photo de Chenini par Léa Jacquet.

 

 

Rares sont ceux parmi les habitants du village de Chenini qui se rappellent encore de M. Nouh Essifaoui, et pourtant il était une figure légendaire et le maître incontesté de la technique de creusement des grottes à travers tout le Dahar.

Sans avoir fréquenté les écoles supérieures d’architecture ou de génie civil, il était fin connaisseur de la géologie et du "troglodytisme" dans toute la région de Tataouine.
Je me rappelle encore de sa silhouette frêle et sa démarche délicate quand il venait me voir au cabinet début des années 80 du siècle dernier pour m’apporter des témoignages incroyables sur la richesse extraordinaire du patrimoine de Chenini et pour m’alerter sur les risques qui pèsent sur cette richesse.

j'ai eu même l'honneur et le plaisir de recevoir de sa part un service de thé sculpté dans la pierre en guise de cadeau !

Sa foi s’articulait fortement avec la notion de l’amour du travail communautaire à tel point qu’il réservait son vendredi hebdomadaire de repos au bénévolat en réparant un jesr (digue), aménageant une h’ammala (cours d’eau), restaurant une brèche dans un mur de soutènement et/ou en entretenant une piste agricole etc.

Si Nouh Essifaoui de son vivant vouait une affection sans limite pour la pierre et pour la terre; sans brutalité il taillait les strates du jurassique avec amour et finesse tout en suivant les fissurations et les lignes de forces de la roche; pour lui le creusement d’une grotte doit se faire selon le même procédé de raffinement et de délicatesse voué à l’abord de sa « bien-aimée ».

Pour la petite histoire on se rappelle encore de l’exploit de Si Nouh quand il intervint pour grignoter en très peu de temps un grand bloc de roche dure qui entravait le creusement de la fosse septique de l’hôpital régional de Tataouine en cours de construction alors que les ingénieurs préconisaient le dynamitage des lieux !

En hommage à ce grand homme et à tous les bâtisseurs des ksours !

toubib

 

 

Une de ces si jolies digues qu'entretenait Si Nouh Essifaoui.