Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

 

A voir sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=zofDNuCv_X8

 

 

 

   

 

   

Takrouna, un village berbère

 

"Au centre est de la Tunisie, près de la ville de Sousse et à quelques kilomètres du nouvel aéroport d'Enfidha, le vieux village de Takrouna, perché sur son rocher, domine la plaine agricole d'Enfidha. Habité aujourd'hui par quatre familles, il s'est vidé pendant cinquante ans de presque tous ses habitants. Que va-t-il devenir : un village fantôme condamné à la ruine, comme le village de Chebika non loin de Tozeur, détruit par une inondation en 1969 ? Ou bien, reconquis par de nouvelles populations d'origine urbaine, pourrait-il apparaître comme un site symbolique d'un nouveau type de villégiature sahélienne à l'instar du célèbre village de Sidi Bou Said à l'est de Tunis ?  "

Au début du mois d'Avril 2013, j'ai eu envie d'aller voir ce rocher de Takrouna dont je savais que le village qu'il supporte était en pleine restauration grâce à l'acharnement d'une  femme : Aïda Gmar Bellagha que je connaissais un peu grâce aux échanges internet. Ce fut une belle balade que je vais partager avec vous.

Nous sommes parties, moi et mon amie, de Tunis, avons pris le métro, trois louages et nous sommes arrivées vers onze heures du matin au pied du rocher.

 

 

 Nous avons grimpé l'escalier en même temps que cette ânesse et son petit ( elle portait des sacs de ciment nécessaire pour la réparation des murs, là haut) et leur compagnie était très agréable.

 

Assises sur la banquette de pierres, dans la fraîcheur de cette petite maison abandonnée, nous en admirons l'architecture, les bleus des murs mêlés aux ocres, la plaine de l'Enfidha qui s'étale tout en bas du rocher. Moment de repos et de rêves !

 

 

Le sommet n'est plus très loin !

Et là, on voit combien la réfection des murailles a amélioré la tenue du village.

  Il reste encore beaucoup à faire, certes,   , mais, outre les travaux entrepris par Aïda, des particuliers ont déjà restauré des habitations 

 Balade au milieu  des murs du haut : ocres et blancs, ombres et lumières : tout est beau.

   

 

   

la manière dont on fait les rampes et rambardes, clôtures, dans ce village nous a amusées.

De belles portes et beaux portails !

 

 

 

 

 

Du haut de ce rocher, que voit-on ?

 la plaine de l'Enfidha, avec ses olivaies et ses étangs encore bien bleus.

 et même la mer, très loin, à l'horizon.

le village de Takrouna qui a remplacé celui du rocher, déser

 

les belles couleurs des cactus, en contre bas des rochers ocres.

 

"Je remercie en 1 er lieu : mon époux Hichem Bellagha , feu Ali Bellagha, les Takrounais, mon Personnel, Le Ministère du Tourisme, l’Institut National du Patrimoine, Le Gouvernorat de Sousse ,la Garde Nationale ,le Ministère de l’Equipement, la Garde Nationale Amen el Siyahi, la Délégation d’Enfidha, les Agences de Voyages, les Guides et les chauffeurs ,la Steg, la Sonède……………….et  tous les amoureux de mon village"

je publie ici quelques ligne d'Aïda, la femme qui a voué son existence à la réhabilitation du village de  ses ancêtres et qui est maintenant suivie par d'autres gens de ce village qui ont compris que le tourisme pouvait leur permettre de vivre à nouveau dans leurs vieilles maisons restaurées.

  Malheureusement, aucun artisanat propre à ce lieu ne s'est développé et on trouve, chez ces marchandes les mêmes objets qu'à Hammamet, Jerba ou Nabeul.

Pour terminer ce petit reportage, le sourire de la doyenne du village  :

 

Quelques précisions concernant la rénovation du village de Takrouna, précisions apportées par monsieur Rachid Ghorbel : " je voudrais apporter quelques précisions sur ce que vous attribuez à tout ce qui a été fait à Takrouna à ..........Mme Aida Gmach !!!!! alors que tout ce qui a été fait comme sauvegarde et mise en valeur du circuit touristique du village et des escaliers à Takrouna est le travail de ma Direction du patrimoine et de l'environnement qui relève de l'Office National du Tourisme Tunisien .... ce travail a été réalisé durant la période 1995/2000 alors que Mme Aida Gmach n'a débarqué à Takrouna qu'à partir de 2003/04 pour ouvrir son café le Rocher bleu et en plus l'idée de ce café lui a été soufflée par l'ONTT dans le cadre de la promotion du tourisme culturel et Mme Aida n'a fait que prendre la cerise du gateau ...certes nous l'avons aidé pour réussir son projet dans ce village de Takrouna qui souffre d'un déficit au niveau des infrastructures d'accueil et meme les toilettes y manquaient ....le rocher bleu est un bon projet que nous avons initié des projets similaires dans d'autres régions comme à Chebika ,Tamazrat ,Mides ,Kesra ....Je crois Madame, il faut rendre à César ce qui est à César et je suis pret à vous transmettre des photos qui retracent l'effort mené par l'équipe de l'ONTT tant à Takrouna qu'à Chebika pour ne pas parler des Ksours et d'autres sites à impact touristique de la Tunisie ..."

Il ne me semble pas qu'il y ait contradiction entre ces mots d'un responsable de l'office national du tourisme et ceux de madame Gmach qui n'oublie pas de signaler ce que Takrouna doit à cet office dans ses remerciements mais, ces précisions sont intéressantes car elles soulignent l'effort national qui est fait pour la mise en valeur du patrimoine tunisien dont Takrouna est un joyau. Merci Aïda et merci monsieur Ghorbel.

Monsieur Rachid Ghorbel m'a adressé un long dossier retraçant l'historique des rénovations entreprises depuis les années 70, mais, pour des raisons techniques, il n'est pas publiable dans son intégralité., je joins donc à cette page les deux seules photos de ce dossier qui " acceptent" leur publication :

 

 

 

"Takrouna, c’est l’histoire de la Tunisie et le tourisme était au rendez-vous depuis 1975 . Takrouna était encore habitée par des dizaines de familles.

 

Consolidation des escaliers en 1975 ….travaux menés par l’ONTT….

Travaux de mise en valeur des escaliers en 1975

 

Le projet de promotion du tourisme culturel a Takrouna est un échantillon d’une stratégie globale du développement du tourisme durable dans les villages de montagne de Tunisie :

KESRA , CHEBIKA, TAMAZRAT … "