Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

 

Surprises animales,

de Tunisie et d'ailleurs

Une petite alouette des sables

Marchant seule le long d'une piste dans la région de Toujane,

une piste parcourant la garrigue  mon attention a été attirée par le cri et le comportement d'un petit oiseau beige, de la couleur du calcaire qui affleurait partout : la petite alouette voletait devant moi, se posait ici, repartait un peu plus loin, se posait là, comme si elle voulait me conduire quelque part.

Et je l'ai suivie autant que j'ai pu car, elle devenait parfois invisible tant elle se confondait avec le milieu ambiant.

Tout à coup, je la vis plonger vers le sol et disparaître. Je me suis dit qu'elle n'avait pu aller loin, qu'elle était forcément posée là, tout près de moi et je me suis acharnée à la retrouver. J'ai fini par l'entrevoir :

 

Elle était morte et je me demandais bien ce qui avait pu la tuer. Ce scénario me troublait beaucoup, alors, je me suis approchée encore plus : elle ne bougeait pas d'une plume, mais, son petit oeil noir brillait et me regardait .

Alors, j'ai tout compris : je m'étais aventurée trop près du nid de cette alouette, par son manège, elle m'avait entraînée loin de son nid et, en faisant la morte, elle savait que j'allais abandonner la poursuite. Elle m'avait bel et bien manipulée, cette petite alouette tunisienne, mais, cette manipulation m'a bien fait rire.

 

Des crocodiles à Jerba

Un riche Jerbien a eu l'idée d'établir une ferme d'élevage de crocodiles du Nil sur son île. Voilà un aperçu des animaux adultes qu'on peut y voir, évoluant ( très peu) dans un paysage de sable, de plantes, de mares et de berges cimentées :

 

 

Le visiteur de la ferme a toujours l'impression que ces bêtes ne font que dormir au soleil, mais, de temps en temps, l'un d'eux se laisse glisser dans l'eau ou en sort lentement.

Les dents des adultes sont impressionnantes :

La gueule ouverte d'un crocodile est d'un orange profond, tirant sur le rouge, qui évoque les enfers, ceux que rencontrent les proies quand elles sont saisies par cette mâchoire infernale !

On frissonne devant cette gueule béante !

Les oeufs de crocodiles ne sont guère plus gros que ceux  d'une oie et les petits qui en sortent sont très mignons, malgré tout.

Un oiseau mythique en Tunisie : la pie grièche appelée souvent " Bou Béchir"

Peu sauvage, le bou Béchir peut se poser sur le bras d'un fauteuil, non loin du photographe.

Cherchez le bou Béchir qui se fond dans le paysage.

La pie cherche des insectes dans l'herbe et le sable.

On la voit plus souvent perchée que posée sur le sol.

On l'entend avant de la voir :  " Le chant de la pie grièche méridionale est une collection variée de couinements, trilles et bavardages. Les cris comprennent un « shreee » sonnant et un « shack » nasillard et répété. Le cri d’alarme est un « check-check » sec. Elle est capable d’imiter quelques chants d’autres oiseaux qu’elle veut attirer pour se nourrir.  " Posée sur le mur de la cour, à Zarzis, elle chantait en sifflant quand mon chat s'est mis à miauler de la même manière, lui aussi aurait bien aimé capturer cet oiseau.

"La pie grièche méridionale préfère les terrains ouverts de différentes sortes, depuis le semi-désert jusqu’aux terres cultivées, et depuis les landes de bruyères et les marais, jusqu’aux toundras partiellement boisées, avec des arbres rabougris, des buissons et des arbustes.  Elle a besoin de zones découvertes avec de nombreux points d’observation." On la voit souvent posée  sur les poteaux télégraphiques et le bout des  grandes feuilles d'agaves, sur les palmes et sur des buissons épineux où elle " cueille" des épines qui peuvent lui servir à empaler ses proies, des souris ou d'autres oiseaux.

A Zarzis, on disait qu'un bou béchir qui se posait sur le toit de la maison ou sur un mur voisin  chantait pour annoncer l'arrivée d'une bonne nouvelle. Ailleurs, dans le midi de la France, on accusait la pie grièche d'avoir apporté aux bourreaux les épines ayant servi à confectionner la couronne d'épines du Christ, ce qui procurait un prétexte pour torturer l'oiseau en le piquant avec des épines.

En Tunisie, si on mange les étourneaux, je n'ai jamais entendu  raconter qu'on mangeait les pies grièches : les prédateurs sont rarement consommés par les hommes. Il semble donc que la pie grièche n'ait pas de prédateur et que la limitation de l'espèce se fasse en fonction de la nourriture disponible pour elle.

Les cigognes de Sejnane ... et autres villages de Tunisie

Deux photos prises par Rosalie au printemps 2010

Autrefois, les cigognes étaient cantonnées à Sejnane, Tamera et aussi quelques nids à Souk el Arba (Jendouba). Aujourd’hui, elles ont étendu leur terrain de chasse. Sur la route de Bizerte, toute une plaine marécageuse a été assainie par des canaux et les céréales poussent bien mais aussi toute la faune qui entoure les canaux, délice pour les cigognes, mais pas le moindre arbre pour poser un nid, sauf les pylônes électriques. Sans aucun état d ‘âmes, elles ont commencé à s’installer sur ces pylônes, sans en connaître les dangers. Heureusement que l’association de défense des oiseaux et des cigognes en particulier s’est émue et aussi la STEG (société d’électricité), ils ont posé sur tous les pylônes des paniers pour faciliter la construction du nid. Qu’il y ait des paniers ou non, les cigognes s’installent. Sans crainte, inconscientes elles construisent leur nid.

       

Deux photos prises par Rosalie au printemps 2010

Autrefois, les cigognes étaient cantonnées à Sejnane, Tamera et aussi quelques nids à Souk el Arba (Jendouba). Aujourd’hui, elles ont étendu leur terrain de chasse. Sur la route de Bizerte, toute une plaine marécageuse a été assainie par des canaux et les céréales poussent bien mais aussi toute la faune qui entoure les canaux, délice pour les cigognes, mais pas le moindre arbre pour poser un nid, sauf les pylônes électriques. Sans aucun état d ‘âmes, elles ont commencé à s’installer sur ces pylônes, sans en connaître les dangers. Heureusement que l’association de défense des oiseaux et des cigognes en particulier s’est émue et aussi la STEG (société d’électricité), ils ont posé sur tous les pylônes des paniers pour faciliter la construction du nid. Qu’il y ait des paniers ou non, les cigognes s’installent. Sans crainte, inconscientes elles construisent leur nid.

                      

Celle là utilise la parade et la sécurité que leurs amis ont installées pour elles.

 

Un couple de cigognes construit son nid.