Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

Er Ryadh, un village de Jerba

 

 

 

Er Ryadh était, autrefois, un village essentiellement juif. C'est de ce village dont dépend la synagogue de la Ghriba. Maintenant, ce village est peuplé aussi bien par des Juifs que par des populations d'origine arabe ou berbère, mais, il a gardé une authenticité que beaucoup d'endroits ont perdu, hélas, en Tunisie.

En 2014, des artistes réputés du " street art" sont venus peindre des tas de scènes très diverses sur les murs de ce village. "

Quelques 150 street-artist venus du monde entier ont posé leurs valises dans un petit village tunisien, pour redonner des couleurs à ses murs. Le projet s’appelle “Djerbahood”, et a été initié par la Galerie Itinerrance.

 

Un pays : la Tunisie. Une île : Djerba. Un village : Erriadh. 150 street-artist. 30 nationalités. Tels sont les principaux éléments de “Djerbahood“. Le credo de ce projet titanesque : redonner, à travers le street-art, des couleurs aux allées d’Erriadh, petite bourgade obscure et poussiéreuse située sur l’île de Djerba en Tunisie.

 

France, Pologne, États-Unis, Belgique, Chili, Brésil, Pérou, Allemagne, Arabie saoudite, Espagne, Irak, Tunisie… La liste est longue et pour faire court, une trentaine de nationalités sont représentées, appartenant à des spécialistes du street-art tels que les Français Seth et C215."

Alors, en ce mois d'avril 2016, j'ai eu du plaisir à redécouvrir les ruelles d'Er Ryadh, à la recherche des oeuvres laissées par ces peintres sur les murs des maisons et, à cette occasion, je me suis aperçue que beaucoup de propriétaires de ces murs avaient entrepris des restaurations de très bon goût, respectant, le plus souvent, l'architecture traditionnelle. Le village a pris un " coup de jeune" tout en gardant son originalité et sa personnalité.

 

 

  

 

Une des petites places d'Er Ryadh. Partons pour une promenade dans les ruelles.

   

Quelques calligrammes élégants.

   

Et puis, simplement de belles portes bien restaurées ou à restaurer et des rues poétiques...et propres.

 

Les deux heures passées dans les ruelles d'Er Ryadh ne m'ont pas permis de découvrir tous les travaux des artistes pas plus que toutes les restaurations entreprises à travers le village. J'y retournerai certainement.