Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

 

Slima, une femme de zarzis.

 

J'ai connu Slima quand, installée à Mouensa, à 4 km de zarzis, j'ai cherché une femme de ménage. D'autres coopérants français employaient une femme noire qui avait grand besoin de travailler, ils me l'envoyèrent donc et elle travailla chez nous jusqu'à notre départ de Tunisie, en 1973. J'ai appris à la connaître et à apprécier sa douceur, sa gentillesse, son courage et son efficacité, j'ai appris à l'aimer. Voilà Slima  :

Quand je l'ai connue, elle habitait avec son mari et sa petite fille, Abla, son fils, Mohammed, dans un gourbi de " jerids" plantés dans le sable de la sebkha, sur un terrain qui n'appartenait à personne. Imaginez une " maison "dont les murs ne procurent qu'un peu d'ombre, mais pas une vraie protection contre le vent souvent fort à zarzis, contre le sable venu du sahara tout proche, une maison sans eau et sans électricité, une maison à l'écart de la ville. Son mari était déjà tuberculeux et était soigné gratuitement par le médecin coopérant qui achetait les médicaments nécessaires. Elle parlait Français, assez pour comprendre ce que nous lui demandions de faire, assez pour dire les mots gentils qui faisaient plaisir, de sa voix douce. Le petit garçon de nos amis n'hésitait pas à préférer aller dormir au gourbi avec Slima plutôt que de suivre ses parents à Sfax ou à Tunis. Mais, Slima ne savait ni lire ni écrire et je l'ai trouvée très inquiète devant les étagères de la bibliothèque dont elle avait enlevé les livres pour les essuyer : elle ne savait pas les remettre en ordre puisqu'elle ne pouvait lire les titres. Nous en avons ri et nous les avons remis en ordre ensemble, mais, Slima souffrait de cet état et elle était heureuse de voir ses enfants aller à l'école.

Slima avait été placée par ses parents très pauvres chez les gros propriétaires terriens de zarzis, avec sa soeur, Oumelkhir, dès l'âge de huit ans. c'est là qu'elle avait appris à si bien faire le ménage mais qu'elle n'avait pas appris à lire.

Slima souffrait du racisme qui était de mise à zarzis quand nous y travaillions : un jour, elle s'était fait dérober les pièces qu'elle avait nouées dans le coin de sa fouta pour  acheter la nourriture au souk. Elle avait repéré son voleur mais n'avait pas osé se plaindre . " Mais pourquoi, Slima ? " " Parce que personne n'aurait donné raison à une femme noire !"

Quand j'ai retrouvé Slima six ans après notre départ de Zarzis, elle vivait dans une maison de ciment qu'avait construite Mohammed devenu maçon : il avait pu acheter un petit bout de terre et des parpaings. Slima était heureuse et très fière de cette petite maison, elle avait aussi été très contente de voir nos enfants et de découvrir que nous avions adopté une fillette noire, comme elle.

je l'ai retrouvée deux ou trois ans plus tard : la maison s'était agrandie et Slima ne m'avait pas reconnue, la maladie d'Elzheimer avait atteint sa tête et j'en ai eu beaucoup de peine. Slima est morte mais, elle a laissé, dans son sillage, le souvenir d'une femme belle et si douce, que j'ai beaucoup aimée !