Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

 

Er Riadh  et  la Ghriba, à Jerba.

Un village, autrefois appelé " Hara srira", et sa synagogue

 

Er Ryadh est un village paisible de l'île de Jerba

avec une jolie place plantée de ficus, une boucherie et sa façade rose  beaucoup de modestes bijouteries dans les vitrines desquelles brillent de beaux bracelets et de lourds colliers d'or. Toute une partie du village est de construction récente, avec des villas modernes, des murs parfaitement droits , une mosquée toute neuve,  une grande route large et goudronnée qui mène vers la synagogue Toute les rues de la ville sont d'une propreté exemplaire. Un riche commerçant y a ouvert un hôtel dans une maison traditionnelle qu'il a aménagée pour des touristes exigeants et fortunés. Voici l'entrée de la maison de ce riche commerçant qui a aussi très bon goût .

La grande route qui mène à la synagogue.

La synagogue : Un tout petit peu d'histoire.

"C'est à DJERBA, après la destruction du premier Temple par Nabuchodonosor en 586, que quelques milliers juifs trouvèrent refuge, ils avaient suivi le prophète Jérémie qui lui allait se diriger vers Eléphantine en Haute Egypte, ces juifs ont traversé la Cyrénaique et la Tripolitaine, La majorité d'entre eux serait composée de Cohen (Cohanim) qui auraient même apporté avec eux des pierres du Temple édifié par Salomon, les autres juifs surtout l'élite et les Hauts Fonctionnaires ayant été massivement déportés à Babylone........

 Le pèlerinage de la Ghriba à Djerba réunit tous les printemps plus de 5 000 juifs venus de France, d'Israël, et du Canada, et après un arrêt de quatre années dû au déclanchement de la seconde intifada par les palestiniens, ce pèlerinage a repris avec Vigueur en 2005, les journalistes Alexandre Adler et Yvan Levai étaient invités par le Ministre du tourisme, M. Tijani Haddad.

En Avril 2002, un grave attentat s'est produit en Tunisie à l'encontre de la toute petite communauté juive de Djerba : un membre tunisien d'Al Kaida a fait sauter un camion rempli de bombonnes de gaz devant la Ghriba, tuant 18 touristes allemands et deux français."

Quand on a parcouru la longue avenue que vous avez vue plus haut, on arrive sur une place : là se dresse la grille qui ferme le domaine de la synagogue. Il faudra passer par le local de la police pour pouvoir franchir cette grille : des policiers fort courtois s'enquièrent  de votre identité et, après les attentats de 2002, cet examen rassure plus qu'il n'inquiète.

Nous entrons dans une belle allée pavée encadrée de murs fraîchement blanchis et éblouissants : Nous sommes à la veille du pèlerinage et la communauté juive d'Er-Riadh tient à accueillir les pèlerins venus du monde entier dans un lieu parfaitement propre.

A gauche, la synagogue, à droite les bâtiments qui hébergeront une partie des pèlerins.

Le calme règne dans le bâtiment religieux où l'on doit abandonner ses chaussures et se couvrir la tête avec un foulard mis à disposition si on n'a pas de chapeau. Dans cette  pièce, on peut écouter des hommes, jeunes ou vieux, qui lisent à voix haute et discutent en hébreux des textes sacrés

Nous sommes ensuite invités à pénétrer dans la salle où est enfermée la Thora et de nombreux ex-voto d'argent , là, nous avons dû faire un don de quelques dinars, nous nous en acquittons avec plaisir car, il faut bien entretenir ce lieu saint qui nous raconte toute une histoire, pour ne pas dire l'Histoire.

Nous ressortons et traversons la belle allée pour franchir la porte entr'ouverte des bâtiments d'en face.  Tout est prêt pour demain : les bouchers préparent les brochettes qui seront vendues aux pèlerins dans ce grand caravansérail.

 

les toilettes sont propres, les lavabos aussi.

      Nous parcourons tous les coins et recoins de cet espace encore vide, mais qui, demain sera aussi bruyant et animé qu'une fête foraine .

Voilà l'image que donne le magazine "GEO" de ce que sera ce caravansérail demain, quand tous les pèlerins y auront  afflué J'ai vu, un jour de fête, ce fondouk tout plein de rires, de musique, de drapeaux, de bagages débordant des minuscules cellules de l'étage, de tables où l'on buvait des flots de bière et mangeait, de femmes couvertes de bijoux , où l'on parlait en Français , en Arabe surtout. Je pensais à ce qu'avait dû être le malheureux ghetto de Varsovie, trop plein de monde, mais tellement plus triste que celui là.

Quelle visite, mes amis ! je suis ressortie de cette cour abasourdie et heureuse d'avoir fait partie, pour un petit moment, de toute cette vie !