Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

Forum

 

 

 

Les eucalyptus

Un des eucalyptus de mon jardin est tout en fleurs et je me suis souvenue des " calatous" de Tunisie. Il faut que je vous en parle.

eucalyptus de Jerba, dominant un marabout et eucalyptus de Zarzis bordant la route, dans le quartier de Oum Sardouk.

Quand j'étais dans le nord de la Tunisie, à Aïn Draham, nous ne voyions que des chênes verts ou des chênes liège ou encore des chênes zene. A tabarka, il me semble qu'il y avait quelques  "calatous" à l'entrée de la ville, sous lesquels avait lieu le marché, mais, c'est en allant vivre dans le sud que j'ai découvert l'importance de ces magnifiques eucalyptus.

Dans les années 60, Le président Bourguiba, conscient de la nécessité de boiser si ce n'est de reboiser le pays, avait entrepris de faire planter des arbres tout le long des routes écrasées de soleil du sud. Quel autre arbre que l'eucalyptus venu d'Australie, avec son important système radiculaire, serait mieux à même de résister aux sécheresses de cette steppe ? Alors, lorsque nous venions de Tunis, nous rencontrions très souvent des charrettes munies de tonnes à eau et tirées par un " biim" ou un " brel", conduites par un de ces " chômeurs" qui, en fait, avait un travail, celui d'arroser les tout jeunes plants d'eucalyptus sur quelques kilomètres de route. Le relais était pris par la charrette et un " chômeur" du village suivant.

J'ai vu que tous ces jeunes arbres n'avaient pas poussé mais qu'il y avait  tout de même  de longs tronçons de routes bordés d'arbres un peu grêles mais qui ont résisté au manque d'eau, aux chèvres, au grand vent...

Un peu d'histoire concernant cet arbre dont le nom savant est " eucalyptus camaldulensis Dehn" : C'est en 1956, au lendemain de l'indépendance, qu'une" nouvelle politique forestière débuta dans les Mogods. Elle concernait , à l'origine, essentiellement un programme de reboisement à base d'eucalyptus...Lors de la création de l'arboretum de Zerniza, de ombreuses espèces furent soit introduites soit plantées pour la première fois en peuplement. L'espèce la plus étudiée fut eucalyptus camadulensis qui est employée par l'industrie de la pâte à papier après décoloration  car son bois est rouge."

  

A Gribis : un petit village proche de zarzis, au delà de Mouensa : la jolie place centrale est entourée de jeunes eucalyptus.

 

 

A jerba, le beau feuillage d'un eucalyptus apparaît toujours au dessus d'un toit ou bien atténue la lumière d'un mur :

 

Au kef, une belle image trouvée sur internet, d'un mulet au repos à l'ombre d'un eucalyptus

Bien sûr que non, ce n'est pas un âne, mais un mulet ! Correction et précisions de Lucien  : " L'animal, à l'ombre de l'eucalyptus, n'est pas un âne mais un mulet et vue la qualité du poil et la morphologie je dirais que c'est une mule. Le mulet dans la montagne est une bête de somme, la mule est une monture. Elle est plus vive et a la patte plus sûre. Du temps du protectorat, les gardes forestiers (dénommés plus tard agents techniques des eaux et forêts) se déplaçaient à cheval et leurs auxiliaires tunisiens, dénommés cavaliers, avaient tous une mule plus facile à entretenir, plus économique et le pied plus sûr en montagne."

 

 

Quelques aspects du tronc et des branches, du feuillage d'eucalyptus

     

 

 

Les Tunisiens ont su exploiter tout ce que peut donner l'eucalyptus

- Avec les feuilles écrasées et réduites en poudre, des entreprises font des huiles essentielles utilisées en pharmacie.

Marie Rose se souvient : " Lorsque l'on parle d'eucalyptus, l'odeur me monte vite aux narines et je revois l'eucalyptus dans notre jardin à Tindja et mon papa qui me donnait sa "leçon de choses". J'étais haute comme trois pommes et papa m'avait fait grimper sur ses épaules pour que je cueille une feuille puis il me la fait plier en deux et mettre sous mon nez. "Respire tu vas voir comme ça sent bon" ! Je me souviens aussi qu'il en mettait dans de l'eau bouillante pour faire des inhalations en hiver, la tête au dessus du bol et une serviette sur la tête : directement du producteur au consommateur. Encore un beau souvenir qui a marqué mon enfance. "

Claudia aussi évoque un souvenir d'eucalyptus :" L'odeur de l'eucalyptus te fait penser à ton Papa ...et moi c'est à ma Maman. Elle était asthmatique, et je la revois toujours mettre un petit tas de poudre dans un couvercle en fer d'une boite de pastilles vertes Valda puis d'allumer la pointe de ce petit tas. De la fumée s'élevait et elle essayait de sentir. C'était le moment de la
" fumigation " qui l'aidait à pouvoir respirer au moment de la crise, et elle nous expliquait que c'était de la poudre d'eucalyptus. Il lui arrivait aussi de fumer une cigarette d'eucalyptus, Louis L....s dont la fumée spéciale me fascinait, je ne connaissais pas cet arbre mais je lui prêtais tous les miracles possibles. C'est seulement en 80 que sur la route de Metline pour une pause sous des arbres, que j'ai vu et aimé ces grands arbres dont je me suis régalée de froisser les feuilles et respirer une odeur de mon enfance.
A quand des parfums de nos plantes de là-bas sur le site ?"
- Le bois alimente des usines de pâte à papier.

- Les abeilles, nombreuses sur les fleurs attrayantes de l'eucalyptus fournissent un très bon miel. Dans les fleurs d'un rameau coupé d'eucalyptus, du nectar très sucré remplit très rapidement le fond de la fleur : on comprend la présence des abeilles.

   

Deux anecdotes de Lucien à propos des eucalyptus : A Dar Bessel, sur les collines dans les environs de Tabarka, le poste forestier avait un belle source bien captée, avec un bon débit et puis, peu à peu, le débit avait faibli cependant qu'à quelques mètres un eucalyptus ne cessait de grandir, il était énorme. Je n'ai pas les mensurations, mais il fallait se mettre à trois personnes pour l'enserrer. Il a fait le bonheur d'un armateur de barques de pêches qui l'a acheté et l'a laissé dans l'eau de mer pendant une année et son tronc a servi à faire une ou plusieurs quilles de bateau. "

" Toujours à Dar Bessel, dans le jardin, il y avait un tuyau d'eau et un robinet et pour maintenir ce tuyau vertical, mon père lui a mis un tuteur, un branche d'eucalyptus écorcée et plantée tête en bas. Eh bien, cette branche a donné des pousses. "
 

 

Hélas, hélas ! certains ne comprennent pas à quel point ces arbres sont beaux, appréciés pour leur ombre, pour le vert permanent qu'ils introduisent dans un paysage et Menzel Bourguiba connaît actuellement une polémique liée à l'abattage d'eucalyptus

Propos de Michèle : "Quant à la polémique sur les arbres de Menzel, il parait que les arbres même taillés de cette façon repoussent très bien, espérons le. En fait, il ne faudrait pas attendre qu'ils soient trop hauts pour les élaguer. "
Propos de Gisèle  : " je confirme, Michèle, que les eucalyptus se recèpent très bien mais de multiples grosses branches vont se  se développer qui seront plus fragiles que les branches d'origine et que les vents violents casseront facilement à l'endroit où elles rejoignent les troncs."

Mon récent séjour en Tunisie du nord m'a montré que beaucoup de ces eucalyptus tronqués sont repartis et de nombreux petits rameaux couvrent maintenant les troncs coupés, mais, une proportion non négligeable de ces arbres est morte, définitivement morte et j'en ai été triste.

                                                                                 

Bois d'eucalyptus en Tunisie du Nord.

Une vache broute sous les eucalyptus d'Aïn Draham.