Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

Forum

 

 

 

Les cactus

Du nord au sud de la Tunisie, il nous est donné de voir des cactus. Ce sont des végétaux étonnants par leur structure, leur manière de vivre, les services qu'ils peuvent rendre aux hommes. Toujours fascinée par ces plantes, je les ai beaucoup photographiées, touchées ( aïe !), goûtées, observées.

"Famille des Cactacées

  • Opuntia ficus-indica Mill.
  • Cactus ficus-indica Lin. = Platyopuntia ficus-indica F. et S.

 Originaire d’Amérique Centrale et du Mexique, le Figuier de Barbarie est une plante grasse, caractérisée par des tiges en forme de raquettes épaisses, elliptiques, surmontées au printemps de belles fleurs jaune vif auxquelles succèdent des fruits ovoïdes vert jaunâtre, parfois teintés de rouge."

Wikipedia en fait une description scientifique intéressante :

"C'est une plante arborescente qui peut atteindre de 3 à 5 mètres de haut. Son organisation en cladodes, couremment appelés "raquettes" est particulière : Les  cladodes sont des tiges modifiées de forme aplatie, de 30à 40 cm de long sur 15 à 25 cm de large et de 1,5 à 3 cm d'épaisseur. Unis les uns aux autres, ils tendent à former des branches. Ceux du bas se lignifient pour former, au-delà de quatre ans de croissance, un véritable tronc.

Ces cladodes assurent la fonction chlorophyllienne à la place des feuilles, réduites à des épines ou des soies, et sont recouvertes d'une cuticule céreuse, la cutine, qui limite la transpiration et les protège contre les prédateurs."

  cactus de Jerba, où l'on voit très bien le " tronc" et les branches formées de cladodes superposés.

feuilles en épines et jeune cladode.

 En Tunisie, on voit essentiellement deux variétés de cactus : les cactus inermes, ceux qui n'ont pas d'épines, ou très peu : et les cactus aspermes, ceux qui sont munis d'épines, parfois très longues comme le montre la photo ci-dessus d'un " hendi souri" ( En Arabe,le cactus s'appelle hendi et souri car venu de l'étranger.)

Les fruits du cactus dits " figues de Barbarie"

J'en connais deux variétés , pendant des années, ce fut la seule variété présente sur le sol tunisien, mais, le fruit du " hendi souri " est maintenant très présent dans le sud du pays 

   fruits et cladodes .

   figues de barbarie fraîches photographiées sur le marché de Mateur et à Aïn Draham

 

Les fruits contiennent une pulpe sucrée, rougeâtre, verdâtre ou jaunâtre parsemée de nombreuses petites graines.
Ils sont cueillis de fin juillet à septembre, dès qu’ils sont un peu mous.

Intérieur d'un fruit de " hendi souri", au goût acidulé et agréable.

Intérieur de la figue de barbarie bien connue.

Dans les deux cas, le nombre de pépins à recracher rend la consommation du fruit assez désagréable. Ces pépins, s'il sont ingérés, peuvent provoquer ce que les Tunisiens appellent " le bouchon", c'est à dire une constipation due à la difficulté d'évacuer  un important amas de ces pépins.

Anecdote : Un jour, dans la plaine de Souk el Arba, j'ai vu, dans la cour d'un gourbi, une petite fille accroupie, le derrière à l'air et une poule qui s'affairait sous elle. J'ai demandé à un jeune compagnon de route ce que faisait la poule et il m'a expliqué qu'elle picorait les pépins des figues de barbarie que la fillette avait mangées en trop grand quantité directement dans l'anus de l'enfant et permettait ainsi de diminuer la taille du "bouchon".

Pourtant, ces fruits sont pleins de vertus : " Le fruit du figuier de Barbarie est très nutritif.
Riche en vitamine C, il contient de l’albumine, du sucre incristallisable et du mucilage (substance végétale de nature visqueuse, coagulable en gelée par l’alcool).
Ils sont diurétiques et colorent l’urine en rouge."

Il semble bien que les cladodes contiennent des éléments antitussifs comme en attestent ces deux expériences  : " Lorsque j'ai eu la coqueluche ma mère a envoyé mon frère cueillir un "cladode" . Elle l'a débarrassé des épines, tailladé et largement recouvert de sucre. Le jus qui a coulé a composé un sirop qui m'a très rapidement guérie de ces quintes de toux.
Et mon frère de rajouter "tu as été plus rapidement guérie de la toux que moi de toutes ces épines".
Connaissiez vous ce remède on ne peut plus naturel ?" ( raconté par Elise )

 "Mes parents ont aussi employé le remède cactus pour guérir ma soeur de sa coqueluche ." ( raconté par Lina )

"Quand je dis que tout est dans la nature !
Ma mère faisait des tisanes de fleurs de figuiers de barbarie pour les soucis digestifs (estomac et intestins). Quant à l'huile des pépins de figues de barbarie, elle est réputée pour garder une peau jeune et lisse. Elle combat très très efficacement les rides et ridules.."
( Ecrit par Marie Rose.)

Pour consommer ces fruits, il faut pouvoir les cueillir sans se piquer : EN Andalousie, on se sert d'un roseau fendu en quatre dans sa partie supérieure et on introduit le fruit dans cette espèce de tenaille, on tourne d'un geste sec et la figue se détache.

Il faut aussi les débarrasser de leurs épines : J'ai vu un Tunisien les balayer avec un balai végétal et, en Andalousie, les gens les roulent dans le sable puis les lavent.

Les fleurs des cactus : En Tunisie, je n'ai pas vu de différences entre les fleurs du hendi inerme et celles du hendi souri :

  

Ne vous avisez pas de vouloir cueillir une de ces fleurs à main nue, des centaines de fines épines se ficheront dans vos doigts et vous aurez toutes les peines du monde à vous en débarrasser.

Utilité des cactus :

 Outre les fruits qu'ils produisent, ils sont encore bien utiles pour retenir le sable  des " tabias",  sortes de haies minérales surmontées de cactus, d'agaves et d'aloès.

                                                                                            jeune plantation de hendi souri sur tabia récemment érigée.

belle piste jerbienne entre deux tabias.                      

                                                                                                                                                                                                                           

                                                                                                                                                                                                                            Ces cactus très armés empêchent toute intrusion dans ce jardin de Jerba.

. Impossible d'atteindre ce beau mausolée de ce côté.   Les longues épines de ces hendi souri ont le désavantage de retenir tout ce que le vent transporte : papiers, lambeaux et sacs de matière plastique et, aux abords des villes et des villages, de transformer des paysage qui auraient pu être magnifiques en longues décharges publiques.

 Au détour d'une rue de la Hara kbira, à Jerba, nous avons rencontré ce cactus cultivé dans un beau jardin d'une riche villa   

Le cactus devient alors une belle plante ornementale.              

Voilà comment Sacha, qui avait alors quatre ans, a peint les cactus de Jerba qui l'avaient très fortement impressionné :