Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

 

A voir sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=5MMg2ONVOi4

Que ce beau musée ait été choisi par les terroristes pour y accomplir leurs méfaits me révolte à plus d'un titre : des vies humaines massacrées au  nom de quelle cause ? Une manifestation culturelle telle que cette exposition de mosaïques mise en danger et enfin l'économie du pays encore plus fragilisée. je retournerai au Bardo !

 

Au musée du Bardo

 

Ancien palais beylical, ce musée s'est agrandi avec une structure plus moderne qui permet l'exposition des très grandes mosaïques antiques trouvées sur les sites romains et carthaginois dont la Tunisie regorge. Les salles de l'ancien palais révèlent la splendeur passée de l'habitation.

 

Le plafond de cette même salle.

L'ancienne porte d'entrée du palais ?

Mais, cinquante ans après ma dernière visite au musée, j'étais venue pour les mosaïques. Je me suis régalée !

Détail d'un grand panneau, avec toute une gamme de rouges et de roses.

 

   

 

 

Non, la mosaïque n'est pas un art mineur !

D'autres salles sont réservées aux bas-reliefs, baptistères, statues de pierre ou de bronze. J'y ai vu de belles pièces, émouvantes comme les têtes d'empereurs romains si expressives ou drôles comme des "frises" sculptées, élégantes comme ce petit bronze.

 

Hadrien bien connu grâce au beau livre de Marguerite Yourcenar : " Les mémoires d'Hadrien" et Vespasien tout aussi connu grâce à son invention des vespasiennes.

 

 

La vespasienne doit son nom à l'empereur romain vespasien, qui fit établir des urinoirs à Rome, et qui a étendu un impôt spécial atteignant l'industrie et le commerce, à la collecte de l'urine, utilisée par les teinturiers pour préparer les étoffes avant de les mettre en couleur ou, quelquefois, pour dégraisser les laines, les étoffes, et ouvrages faits de laine, comme draps, ratines, serges, bas, bonnets, etc. Moqué pour cet impôt, il aurait répondu : « L'argent n'a pas d'odeur » (« pecunia non olet »), phrase devenue proverbiale

 

Je ne sais plus qui était ce bel athlète.

Toute une série de ces drôles de visages en médaillons ornait une petite salle du musée.

 Enfin, cette amusante farandole m'a séduite.