Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

Forum

 

 

 

Ayed, le potier d'Aïn Draham.

 

Je viens de rencontrer Ayed après quarante cinq ans de séparation.

Quand nous habitions Aïn Draham, dans les années soixante, un pasteur américain avait construit, dans une clairière de la forêt, proche du village, un joli chalet de bois dans lequel il habitait avec son épouse et un bâtiment plus important également en bois qui servait d'atelier de poterie : il avait décidé d'apprendre aux jeunes gens du village comment réaliser de belles poteries avec de l'argile locale. Ayed et Chédli étaient deux des jeunes garçons qui vivaient avec le pasteur et qui apprenaient. Entre deux phrases destinées à nous persuader que l'arrivée de Jésus sur terre était la meilleure nouvelle qui soit, ce pasteur parlait avec passion de terre blanche ou rouge, d'émaux et de couleurs, de formes... Il aurait pu être passionnant si son prosélytisme ne l'avait rendu difficile à vivre parfois. Il fut prié de quitter le pays.

Ayed et Chédli étaient devenus deux potiers accomplis ; ils savaient tourner les objets puis faire les moules nécessaires à une production à grande échelle, ils savaient parfaitement et avec élégance utiliser le décor qu'avait mis au point le pasteur : des montagnes esquissées et de chênes en premier plan, décor qui allait bien avec Aïn Draham et qui avait, en plus, un petit air de japon

Après le départ du pasteur, Chédli est devenu le chef d'un atelier de production privé installé dans la clairière.

Ayed, lui, est devenu le maître d'un atelier de jeunes apprentis dans le cadre de l'artisanat national. Cet atelier était situé dans un grand hangar proche du val de Joie, là où se tenait l'école de la mission française. Nous habitions tout près et nous avons pris l'habitude de fréquenter cet atelier, écoutant les conseils du gentil Ayed pour réaliser les objets que nous souhaitions. Il nous a laissé la voie libre pour tenter toutes les expériences qui nous faisaient envie : j'ai beaucoup joué avec les riches couleurs des émaux. Quand une chauffe se préparait dans le haut four qu'Ayed avait construit devant le hangar, nous allions l'aider à installer les biscuits avant la cuisson, puis, quand notre travail nous le permettait, nous  allions veiller avec lui  et alimenter le four en bois. Nous bavardions d'un tas de choses, nous buvions du thé et même, nous mangions tous les trois, Ayed mon mari et moi un poulet que nous avions acheté au souk et que nous cuisions sur les braises sorties de la gueule du four. C'était une période heureuse, nous riions beaucoup et l'amitié était belle.

Ayed guidant un jeune apprenti.

Nous sommes partis pour le sud, nous nous sommes perdus de vue et je ne savais pas ce qu'était devenu Ayed. Mais, il y a cinq ans, un commerçant de Jerba avait rapporté dans sa grande boutique quelques poteries du nord de Sejnane mais aussi d'Aïn Draham, elles venaient de chez Ayed. J'ai su qu'il avait été très malade, qu'un AVC l'avait à demi paralysé. Il a tout de même pu répondre à un petit mot que je lui avais envoyé à cette adresse bien incomplète : " Monsieur Ayed, potier à Aïn Draham, Tunisie" Il était vivant !

Je viens de passer à AÏn Draham et j'ai voulu le rencontrer : le voilà, chez lui, avec sa gentille épouse, une douce petite femme qui m'a beaucoup touchée ( elle est assise sur le fauteuil)

 

   sa pauvre main droite, si habile autrefois, ne lui permet plus de travailler. Tiens, il n'a plus ses lunettes !

Le magasin d'Ayed, à Aïn Draham Le vendeur est le fils d'Ayed

Le président Bourguiba, pus, plus tard, le président Ben Ali sont venus féliciter et même décorer cet artisan si discret mais tellement efficace et qui a participé au renom de son village.

 le monsieur à lunettes est le Président Bourguiba.

remise de décoration par le président Ben Ali.