Page d'accueil 

Art berbère en Tunisie

Architecture à Jerba : les mosquées

Le palais Ben Ayed

Ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les caravansérails d'Houmt Souk

Takrouna

Les plantes de Tunisie. Les oliviers

Les chênes liège de Kroumirie

Les palmiers dattiers

L'alfa

Le jasmin

Les cactus

 Les eucalyptus

Les agaves et les aloès

Les terfès

Le néflier du Japon

Les arbousiers

Surprises animales

La Ghriba

Street art à Er Ryadh

Aïn Draham, village de Kroumirie

Métline

Portraits, Jemma

Monsieur Laroquette

Mère Buchet

Slima, femme de Zarzis

Ayed, potier à Aïn Draham

Monsieur Abbate d'Aïn Draham

Nouh Essifaoui de Chenini

Le port d'Houmt souk

Aide au développement à Ajim et El Grin

Un artisanat tunisien : la mosaïque

Le musée du bardo à Tunis

Préhistoire en Tunisie du sud

D'une époque à l'autre

Balade sur le mont Ishkeul

Le corail de Tabarka 

Autour d'une photo

Un camp de concentration nazi ; Terezin 

 

 

 

 

 

page 3 : Ateliers de tissage

 

 

Le tissage est encore pratiqué à jerba, tissage de la laine pour les couvertures mais aussi tissage des fils de soie importés de Chine pour les belles foutas de mariages.

Cette activité, toujours masculine, se pratique sur de vieux métiers de bois installés dans des ateliers semi-enterrés : ainsi, la température reste à peu près constante à l'intérieur, ainsi que le degré d'humidité. Ces deux conditions améliorent le confort du tisserand mais, surtout, les fils de soie et de laine peuvent se travailler aisément, ils ne sont pas cassants.

Ces ateliers ont tous été construits sur le même modèle : une pièce longue au toit arrondi,au sol de sable, une toute petite fenêtre au fond de la pièce, souvent une simple ouverture garnie de barreaux ou d'une grille de fer forgé. A l'autre extrémité de la pièce, la porte de bois reste ouverte pendant les heures de travail, donnant ainsi au tisserand un peu de lumière. Cette porte perce une façade au fronton triangulaire qui peut être joliment orné de petites corniches ou de motifs sculptés plus riches encore. Ce fronton rend un atelier de tisserand reconnaissable parmi les autres maisons d'une pièce qui avaient souvent des allures assez semblables.

Atelier abandonné

Certains ateliers fonctionnent encore et ont une façade entretenue, d'autres servent maintenant de débarras et ne sont plus entretenus.

 

Dans le parc de " Jerba explore", le propriétaire a fait construire des bâtiments rappelant ce qu'était et qu'est encore un peu, la vie à Jerba. Voici les deux ateliers de tissage de ce parc, rigoureusement identiques à ce que sont les ateliers encore fonctionnels. D'ailleurs, de véritables tisserands travaillent dans ces ateliers et l'homme assis est sans doute l'un d'eux.

 

   

Tisserands au travail pou faire des foutas de soie encore utilisées lors des mariages.