Page d'accueil

 

Art berbère en Tunisie

 

Architecture à Jerba

Les mosquées à jerba

Le palais Ben Ayed

Les ateliers de tissage

Les poteries de Guellala

Les fondouks d'Houmt Souk

Takrouna

 

Plantes de Tunisie

 

Surprises animales

 

La Ghriba

 

Street-art dans les rues d'Er Ryadh

 

Aïn Draham : un village de Kroumirie

 

Bizerte, Ferryville, Tindja

 

Portraits

 

Le port d'Houmt Souk

 

Coopération franco-tunisienne

 

Un artisanat tunisien : la mosaïque

 

Le musée du Bardo

 

Préhistoire

 

Comparaisons

 

Balade sur le mont Ishkeul

 

Le souk libyen de Ben Gardane, en 2000

 

Le corail de Tabarka

 

Un coin de France, la Drôme et le Vaucluse

 

 

Autour d'une photo

 

Un camp de concentration nazi : Terezin

 

Des livres

Forum

 

 

A voir sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=zofDNuCv_X8 et https://www.youtube.com/watch?v=KmwXijo2mXM

 

Aïn Draham, autrefois et de nos jours.

 

j'ai vécu à Aïn Draham dans les années 60, je travaillais au collège où j'enseignais. J'ai gardé le souvenir d'un village agréable, d'une population aimable au sens premier du terme, de balades et de footings "destressants" dans la forêt, de découvertes enthousiasmantes dans cette forêt de Kroumirie.

Les pauvres gens de la forêt

 

Au souk du lundi

 

la maison du receveur des postes d'alors, au pied du jbel Fersig et une des maisons de monsieur Abbate au pied du jbel Bir

 

Les gourbis du jbel Fersig

 

 

 

     

Quelques images du village en hiver

 

La maison du pasteur Paul Ferree, au pied du jbel Bir : cet homme avait installé une poterie près de sa maison. ( photo de droite : Evangéline Adams)

L'atelier de poterie ( Photo Evangéline Adams)

La tranquillité ( photo Evangéline Adams)

 

 

Photo Evangéline Adams

 

 

Vue générale photographiée du haut du Jbel Bir ( photo Evangéline Adams) dans les années 1960

 

 

 

 

Peut-être que certains se reconnaîtront dans cette réunion de la partie masculine du personnel du collège d'Aïn Draham .

Et Aïn Draham d'aujourd'hui

 

L'arrivée au village par la route de Jendouba et le carrefour du kiosque à essence : trottoir ombragé où les" chibanis" lisent le journal, boivent un thé ou un café, devant le portail d'entrée de l'école des religieuses.

Le marchand de " hendis" ( figues de barbarie) n'a guère de clients et s'endort.

 

Au pied du jbel Fersig, l'école hôtelière, parfaitement entretenue et un balcon fleuri, au dessus des toits de tuiles.

 

Vues générales d'aujourd'hui

Arrivée à Aïn Draham par la route de Tabarka, un jour de brouillard, si souvent revenu sur ce col.

 

La ruelle où se trouvait la boulangerie du Matmati qui faisait un si bon pain !

 

Le souk.

La vieille maison forestière non loin de cette pépinière de l'office des forêts.

En 2017, une image qui rend compte de ce qu'est devenu l'hôtel des chênes

L'hôtel tel qu'il était dans les années 60

En 1962, Yvette Yalaoui tenait cet hôtel où on cuisinait une magnifique Mloukhia au lièvre, où " Barragi" tenait le bar et pouvait servir une délicieuse Thibarine....Souvenirs !